Rechercher dans ce blog

Et si on se faisait tatouer? Part 2

Salut toi !

La dernière fois, j’ai fait un article sur les tatouages mais quand j’ai vu qu’il s’éternisait je me suis dit que je devais m’arrêter là pour que ça ne soit pas trop indigeste (ça l'est quand même un peu mais tant pis). Mais en même temps, j’ai eu le sentiment de ne pas en dire assez. Donner des conseils sans parler de ma propre expérience ça me semblait incohérent... De même, je me suis mise à me demander pourquoi j’aimais autant les tatouages et comment je vivais avec les miens au quotidien.


Je suis tatouée et fière de l’être comme on dit. Pas encore assez à mon gout mais j'ai 12 tatouages en tout : 5 petits et 7 de tailles plus imposantes dont une demie-manchette sur l'avant-bras et très clairement on m'a déjà posé tout un tas de questions sur ceux que je considère 'mes bébés' et j'ai déjà fait face à un sacré panel de réactions.

Lesquelles ? Comment est-ce que je vis le fait d’être tatouées au quotidiens (critique, réflexions, image de moi dans l’œil des autres) ?


Dans l’ensemble ma famille a bien reçu le fait que je sois tatouée quand bien même personne n’est tatoué chez moi. J’avoue qu’ils pensent déjà que c’est trop mais ils ne me jugent absolument pas pour ça. Dans mon entourage d’amis, la grande majorité est tatouée également mais les avis divergent chez ceux qui ne le sont pas.

Chez les inconnus où les connaissances, d'un côté, il y eu des réactions très positives face à mes tatouages avec des gens qui s’intéressent réellement à cet art, d'autres tatoués, des gens qui n'aiment pas ça mais qui respectent etc. ... Publics très divers donc. J’ai eu des questions sur la signification, sur l’artiste, sur la douleur… certains restent perplexes, d’autre semblent satisfaits et j’ai rarement eu deux fois la même réaction. 
D'un autre côté, j'ai déjà fait face à des gens ultras réticents à l'idée de se faire tatouer voire même des gens carrément réfractaires et ayant un discours très porté sur le jugement, des gens qui croient les ‘on dit’ et qui se donnaient des airs de 'non mais moi je sais, d'accord' et qui dénigraient totalement mon avis et ces œuvres encrées à vie sur ma peau dont je suis tellement fière. 

Est-ce que j'avais demandé leur avis ? Certainement. Un avis insultant ? Certainement pas. Je suis tout à fait ouverte au dialogue et je respecte les avis des autres même quand différents du mien. En revanche, me sentir insultée ou rabaissé pour mes propres choix ? JE DIS NON

Globalement, je n’en ai pas grand-chose à faire de ce que les gens pensent de mes tatouages. Ils peuvent très bien les trouver hideux, c’est leur choix et il peuvent même me faire part de leur avis, sous réserve que ça reste de façon respectueuse.
En plus, je ne force personne à aimer le tatouage en tant qu’art et je peux tout à fait admettre que l’on n’ait pas envie de s’engager dans ce genre de pratique.
Mais est-ce qu’on peut aussi comprendre que j’ai fait des choix en toute connaissance de cause ? Que j’ai pas besoin que l’on me répète encore et encore à quel point c’est dommage parce que mon corps va vieillir et le tatouage aussi. Et ? croyez-moi, je sais ce que je fais et j’assume.
Dans 10, 20, 50 ans je sais que j’assumerai encore même si il est possible que j'en regrette et ça, parce que je sais que j’avais mûrement réfléchis la question et que c’est tant pis pour moi. Il faut faire des choix et j’ai fait les miens. 

Sachez, pour information, que j’ai quand même une certaine réflexion : pour tout tatouage de taille imposante ou trop voyant, j’ai besoin d’une signification qui ne changera pas. Je dis pas que tous les tatouages doivent avoir une signification, c’est pas le cas pour moi d’ailleurs, mais quand on arrive aux pièces ayant une taille déjà importante je me dis que si il y a signification profonde, j’aurais moins de risques de m’en lasser. 

Pourquoi j’aime les tatouages en général ?

Ce que j’aime dans l’art du tatouage c’est le fait d’exprimer ta personnalité en la rendant indélébile. J’aime le fait que chacun de mes tatouages racontent mon histoire, ma vie, mes goûts. Etant une personne assez introvertie il est difficile pour moi d’aborder quelqu’un ou de parler de moi-même du coup, mes tatouage le font pour moi.

Qu'est-ce que je peux dire de mon expérience en termes de tatouage?

Je pourrais te parler de la douleur longtemps, mais ayant beaucoup d’amis tatoués je peux te dire que la douleur est personnelle. Personne n’a le même degré de tolérance à la douleur et un endroit du corps peut être extrêmement douloureux pour l’un et pas du tout pour l’autre. Donc, tu pourras aussi faire toutes les recherches que tu veux sur le sujet et te trouver face à des témoignages drastiquement différents. C’est pas une science exacte (par contre, je peux te dire que selon l’avis de beaucoup ,notamment le mien, les côtes: ça pique un max).

J’ai fait mon premier tatouage à 19 ans chez Niss’art Tattoo (à Nice) et c’était en début 2013. Le shop était propre mais pas forcémnt accueillant dans le sens où, dans mon souvenir, c’était vraiment très hard rock/old school ce qui ne correspond pas forcément à mon univers.
Le tatouage est un petit, basique (que j’ai malheureusement vu partout depuis) et c’est un signe cœur mêlé avec un infini qui représente l’amour que j’ai pour ma famille. Je me souviens plus trop des choses dans les détails mais je sais que je suis allée là parce qu’un ami y était allé. Je sais aussi que j’ai pas été transcendée par l’accueil des employés mais je me suis dis 'on y va quand même'.
Le tatouage en lui-même n’est pas mal fait, encore heureux, mais la personne qui m’a tatoué ne m’a vraiment pas aiguillée dans mes choix et on a passé 45 minutes l’un à côté de l’autre sans rien se dire. Il a pas lâché un mot, moi non plus. C’est pour ça que je n’ai pas souhaité y retourner.


J’ai attendu 22 ans pour me faire tatouer à nouveau et j’ai eu du mal à m’arrêter par la suite (comme la légende le dis, le tatouage est addictif).
Mon deuxième tatouage, ainsi que tous les autres de la liste, ont été fait à La Garçonnière à Nice aussi (visite leur page ici). C’est un shop un peu hipster décalé avec des tatoueurs aux personnalités géniales et différentes. Au niveau du boulot, ils ont aussi des styles de prédilections très différents et le tout s’accorde de façon trop cool.
La personne à qui j’ai parlé en premier lieu, c’est Wonder et c’est elle qui a dessiné mon deuxième tatouage. Lorsque je lui ai fait part de mon projet initial, elle a été honnête avec moi en me conseillant sur la taille et les détails. Mon projet était à la base soit trop petit, soit trop détaillé pour qu’il vieillisse correctement. Nous nous sommes donc mise d’accord sur la taille et les détails à garder ou enlever. Puis, c’est Ruby, ma tatoueuse d’amour qui m’a tout de suite mise en confiance et à qui j’ai offert par la suite d’autre parties de mon corps à tatouer. Les autres tatouages ont par contre été dessiné par Ruby et j’ai eu l’impression qu’on s’était comprise, elle et moi. Je lui fais confiance les yeux fermés pour chaque nouveau projet. 

En gros, un shop c’est pas juste un shop tout comme un tatoueur c’est pas juste un tatoueur. Je me suis sentie hyper à l’aise à La Garçonnière et le feeling que j’ai avec Ruby, c’est ce qu’il faut entre un tatoueur et son client. A toi qui lis cet article, prend en compte le feeling parce que tu pourras pas rester 3h à coté de quelqu’un que tu ne supportes pas.

La prochaine et dernière partie de ‘Et si on se faisait tatouer’ portera sur mes tatouages à moi et sur leur signification.

Cœur avec les doigts
Camille

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dites-moi tout !